LA PLATEFORME DE SOLIDARITÉ CLIMATIQUE

Scroll bas
Retour à la page RSE Calculateur CO2 Fonctionnement & projet
Si vous rencontrez des problèmes avec le calculateur, connectez-vous à partir du navigateur Google Chrome, Mozilla Firefox ou cliquez ici.


Pour accéder au calculateur, merci de vous connecter à partir d'un ordinateur.

icon eco planete

La Plateforme de Solidarité Climatique ®

Objectif de la Plateforme de Solidarité Climatique® : proposer à plus de 10 millions de bénéficiaires de calculer, réduire et compenser leurs émissions de CO2 en soutenant un projet de développement au Cambodge.



La Plateforme de Solidarité climatique® est un outil de sensibilisation aux enjeux du changement climatique.

Elle a été élaborée dans le cadre du Groupe de Travail Développement Durable d’EURESA, Groupement européen d'intérêt économique composé de compagnies d'assurances coopératives et mutualistes. Matmut, Maif, Macif, P&V, DEVK ainsi qu’Inter Mutuelles Assistance, membres de ce groupe de travail, ont choisi de s’associer au programme de compensation carbone CO2Solidaire de l’ONG GERES.

Le GERES, Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités - est une association à but non lucratif, dont les actions visent à améliorer les conditions de vie des populations les plus pauvres par la mise en œuvre de projets qui réduisent la précarité énergétique, préservent l'environnement et limitent les changements climatiques et leurs conséquences.

La plateforme a été construite de telle sorte que le bénéficiaire parcourt un chemin pédagogique lui permettant :

• De s’informer sur les impacts des gaz à effet de serre sur le climat et les moyens de les réduire

• De calculer ses propres émissions (déplacements, habitat)

• De compenser volontairement tout ou partie de ses émissions en contribuant financièrement à un projet de solidarité climatique, démarche consistant à réduire l’impact sur le climat des pays du Nord et soutenir en parallèle un projet de solidarité au Sud.

Le projet de fours de cuisson améliorés au Cambodge

Objectifs du projet : Lutter contre la déforestation, la précarité énergétique et améliorer les conditions de vie des populations locales



Au Cambodge, pays classé 136ème sur 180 en termes d’IDH, le bois couvre plus de 80% des besoins en énergie.

Il est notamment utilisé en zone urbaine et rurale pour la cuisson des aliments, la production de sucre de palme... Son utilisation intensive menace les ressources forestières et la biodiversité. Elle a des effets directs sur la santé des habitants et en particulier sur celle des femmes (maladies pulmonaires et oculaires causées par les fumées nocives).

Face à ce constat, le GERES développe en 2001 un modèle de foyer de cuisson domestique amélioré, le New Laos Stove (NLS), qui permet d’économiser jusqu’à 25 % de charbon de bois par rapport aux foyers traditionnellement utilisés.



Lutter contre la déforestation, la précarité énergétique et améliorer les conditions de vie des populations locales.

• Réduire la consommation en bois de feu
• Protéger la forêt, son écosystème et la biodiversité
• Préserver le climat en limitant les émissions de CO2
• Diminuer les risques de santé liés aux fumées nocives domestiques
• Réduire les dépenses énergétiques des ménages
• Accompagner une politique environnementale nationale

En 2002, le GERES s’engage dans la diffusion massive de NLS. Grâce au financement carbone, le projet NLS devient le 1er projet au monde de diffusion de fours améliorés à générer des crédits carbone. En structurant et professionnalisant l’ensemble de la filière locale de production du four, le projet s’est caractérisé par son intégration totale dans l’économie du pays.

Pour plus d’information consultez la fiche projet disponible sur : co2solidaire.org

Qu’est-ce que la compensation carbone volontaire ?

Le protocole de Kyoto, accord international visant à lutter contre le réchauffement climatique, a instauré un mécanisme de projets permettant aux pays industrialisés de financer des économies de CO2 hors de leur territoire.



L’objectif de ces mécanismes dits « de compensation » est de permettre à ces pays, qui ont reconnu leur responsabilité historique dans les changements climatiques, de faciliter l’atteinte d’objectifs de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre.

En parallèle de ce système réglementé et centralisé par les Nations-Unies, un dispositif similaire s’est développé à l’intention des acteurs souhaitant « compenser » leurs émissions de gaz à effet de serre alors qu’ils n’en ont pas l’obligation. C’est ce qu’on appelle la compensation carbone volontaire.

• La compensation carbone est une démarche volontaire, responsable et éco-citoyenne
• La compensation carbone consiste à financer, sur un projet mis en œuvre dans un pays en développement ou en France, une économie de gaz à effet de serre équivalente aux émissions que l’on ne peut réduire
• La compensation carbone n’est pas un « achat de conscience ». Elle doit être la dernière étape d’une politique de limitation de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) à la source
• Les individus, les entreprises et associations sont libres de compenser leurs propres émissions de CO2 générées par une activité : transport, chauffage, production d’énergie, etc
• Ce mécanisme se base sur le concept de « neutralité géographique » : une quantité donnée de CO2 émise dans un endroit peut être « compensée » par la réduction d’une quantité équivalente de CO2 en un autre lieu. Le CO2, quel que soit son lieu d’émission, ayant le même impact sur le climat.



Au-delà de la dimension environnementale, CO₂Solidaire propose que la compensation carbone fasse partie intégrante des enjeux sociétaux liés au climat et soit porteuse de valeurs fortes. Ce principe, c’est celui de la Solidarité climatique.

Celle-ci conjugue deux démarches complémentaires et indissociables : • La réduction de nos propres émissions de gaz à effet de serre ici au Nord en vertu de la prise en compte de la responsabilité historique des pays industrialisés dans les changements climatiques, • L’accompagnement des populations des pays du Sud dans leur développement bas-carbone. Celles-ci étant les plus vulnérables, il s’agit d’améliorer les conditions de vie de ces populations sans accentuer les dérèglements climatiques.

Pour CO₂Solidaire, la compensation carbone doit s'inscrire résolument dans la cohérence d’une politique de développement durable en faisant écho aux 17 Objectifs de Développement Durable adoptés par les Nations-Unies en septembre 2016.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.un.org/sustainabledevelopment

compensation_climatique